Comment prévenir son audition et protéger ses oreilles ? Mes 7 conseils !

Comment prévenir son audition et protéger ses oreilles ? Mes 7 conseils !

Comment protéger ses oreilles et prévenir son audition

La législation en France ne nous permet pas aujourd’hui d’être protégé d’un environnement sonore qui peut-être nocif pour nos oreilles. Et pourtant, comme on l’a vu dans mon article, le bruit peut être dangereux pour notre santé. C’est important de protéger ses oreilles !

Il existe des gestes simples à mettre en place au quotidien pour préserver son audition tout au long de sa vie. Je vous les livre dans cet article et ils sont tous testés et approuvés par Oreille mordue 😉

#1 Mesurer son environnement sonore avec un sonomètre 

Notre environnement sonore devient dangereux pour notre audition, lorsqu’il dépasse les 85 décibels. D’accord, mais comment savoir si mon environnement sonore dépasse ce seuil ? Pour se rendre compte des bruits nuisibles qui nous entourent, je vous conseille tout simplement de tester votre environnement sonore

Personnellement, pour mesurer mon environnement sonore, j’utilise une application sur mon téléphone : Décibel X. Je me suis amusée à l’activer un peu partout où j’allais. Là, dans le café d’où j’écris mon article, je suis à 70 décibels par exemple. Mais saviez-vous que la ligne 13 du métro à Paris peut monter jusqu’à 100 décibels ? Quand je pense que pendant un temps je l’ai prise 1h10 par jour, je comprends bien mieux pourquoi j’en sortais énervée et fatiguée ! Également, lorsque j’ai un doute sur le volume en boîte de nuit, je sors mon application pour voir si ce n’est pas trop dangereux pour moi. Easy !

#2 Mettre des protections auditives adaptées

Et là tu te dis, « je ne vais rien entendre quand on va me parler et c’est pas très joli… » ! Et bien c’est FAUX. Même moi qui suis malentendante, lorsque je mets des protections auditives quand je sors en boîte de nuit, j’entends ce que l’on me dit. Et même mieux que mes amis qui n’ont pas de protection auditive. 

Mon secret :  j’utilise des protections auditives spéciales qui ne sont malheureusement pas assez connues du grand public, les partyplugs d’Alpine. Pour sortir en boîte ou en concert, c’est mille fois mieux que les protections auditives en cire ou bien en mousse (qui elles sont très bien lorsque l’on veut dormir). Tout simplement parce que les protections auditives d’Alpine sont conçues exprès pour protéger vos oreilles des niveaux sonores élevés. Elles réduisent le niveau sonore de 19 décibels tout en vous permettant de suivre parfaitement les conversations de vos amis pendant un concert ou un festival. En plus, on ne les voit presque pas et elles sont réutilisables. J’utilise les miennes plus d’un an en général et vous pouvez facilement les passer sous l’eau pour les nettoyer !

Vous en trouverez presque chez tous les audioprothésistes et également en ligne. Elles coûtent environ 13€. Certes c’est un petit investissement mais franchement, votre ouïe vaut bien ce prix là… Je les recommande vraiment à tout mes amis, j’en suis tellement contente ! Croyez-moi, les tester c’est les approuver ! Cela vous évitera également d’avoir les oreilles en coton après une boîte de nuit. J’en ai toujours une paire dans mon sac à main par précaution !

#3 Faire des pauses sonores

Il est très important dans votre quotidien de s’accorder des pauses sonores. Un environnement sonore bruyant “stress” votre système auditif et génère plus de fatigue et d’irritabilité. Lorsque j’ai travaillé dans un open space très bruyant, je m’accordais le midi des déjeuners au calme, seule avec un journal ou une lecture. Ces pauses déjeuner me faisaient un bien fou et j’en ressortais reposée, prête à affronter l’après-midi ! Et bien sûr, je ne manquais pas les pauses cafés pour papoter avec mes collègues !

Si elles sont importantes au travail, les pauses sonores le sont encore plus lors de concert, festival ou boîte de nuit. Je vous l’accorde : aujourd’hui, il n’est pas facile de trouver un espace en dessous de 85 décibels lors d’un concert, boîte de nuit ou festival. A moins de ne passer 15 minutes dans les toilettes ou en pause cigarette, c’est compliqué… ! Et pourtant c’est nécessaire pour notre santé auditive et pour protéger vos oreilles. C’est pour cela que j’essaie au maximum de sortir dans des endroits où il est possible d’avoir une pause en extérieur.

Toutefois, grâce au travail d’associations et notamment la Fondation pour l’audition, de superbes initiatives voient le jour pour sensibiliser les organisateurs de festivals. En 2019, la fondation pour l’audition en partenariat avec des étudiants de l’ENSCI, a lancé le premier projet de zones de pause sonore. Neuf projets de pause sonore ont été proposés par les étudiants de l’ENSCI afin “d’inciter les festivaliers à faire des pauses loin du bruit pour préserver leur capital auditif. Le projet gagnant, a pu voir le jour en 2019 lors du Festival de Rock en Seine. Il s’agit d’un Totem grandeur nature qui permet “aux festivaliers de se poser entre deux concerts pour discuter ou se reposer, tout en bénéficiant d’un niveau sonore réduit.” 

Ce totem a été réalisé par Martin Tiessé. Il s’est inspiré des casques de communication de chantier qui permettent de communiquer via deux canaux. Le premier canal permet d’échanger avec des personnes du Totem, connues ou non. Top pour faire des rencontres ! Et le deuxième canal permet d’échanger avec une personne qui se situe à côté de soi. Cette zone sonore permet non seulement de faire une pause sonore et de protéger votre audition mais elle permet aussi d’échanger avec des festivaliers sur l’expérience. Car oui c’est quand même plus sympa de communiquer sans crier ! Alors merci Martin ! Pour en savoir plus sur le projet du Totem, je vous invite à poursuivre ici.

4# Mettre une distance de sécurité avec les enceintes

Le son qui sort d’une enceinte de musique peut aller jusqu’à 120-130 décibels ! C’est énorme quand on sait qu’à cette puissance, une minute d’exposition peut endommager notre audition… 

Mais bon à savoir, le son perd de son intensité avec de la distance : il est donc recommandé de se tenir éloigné des enceintes pour profiter au maximum d’un concert, sans abîmer son audition ! Je me demande bien d’ailleurs quand est ce qu’une réglementation imposera une zone de sécurité vis à vis des baffles… Quand je vois mes amis en concert d’electro qui pose leur oreille sur des baffles, j’ai mal pour eux… Mais sur le moment, ils n’ont pas conscience du danger et c’est très difficile de leur faire comprendre car pour eux “ça n’arrive qu’aux autres”. Et bien rendez vous dans 30 ans… !

Egalement, lorsque je vais en bar ou au restaurant, je cherche toujours un emplacement éloigné des enceintes. Le son n’est généralement pas trop fort, mais c’est surtout qu’avec mes appareils, être à proximité des enceintes, ça me gène beaucoup pour suivre une conversation en groupe. Je ne comprends vraiment pas l’intérêt de mettre le son si fort en bar quand les clients viennent pour discuter autour d’un verre !

#5 Privilégier les environnements espacés et ouverts

Alors, je ne suis pas une experte sur le son, mais j’ai quand même remarqué que mes oreilles étaient beaucoup moins agressées lorsque je sortais en boîte de nuit dans un espace haut de plafond et en extérieur, en festival. Depuis, j’évite les concerts dans des lieux bas de plafonds et étroits ! Je pense que cela vient de l’effet “résonance”, le son doit se retrouver piégé et s’amplifier en conséquence. Ce n’est qu’une théorie mais en tout cas, je peux vous dire que mes oreilles l’ont validée !

#6 Etre vigilant avec ses écouteurs ou casque audio !

La puissance des écouteurs est réglementée en France à maximum 100 décibels. C’est un peu une blague lorsque l’on sait que c’est l’équivalent du bruit d’un marteau piqueur… Mais c’est toujours mieux que les premiers baladeurs de nos parents qui n’étaient pas du tout limités à l’époque et qui ont causé déjà beaucoup de dommages…

Selon une étude réalisé par l’OMS en 2015, plus de 50% des adolescents et jeunes adultes de 12 à 35 ans, écoutent des appareils audio personnels (MP3 et les smartphones) à un niveau sonore dangereux. Ouïlle ouïlle Ouïlle !

Si vous entendez la musique qu’écoute votre voisin de métro, c’est que le son est dangereux pour lui. Et paradoxalement, on écoute souvent de la musique en lieu bruyant pour ne plus être gêné par le bruit. Mais au final, on augmente le volume de notre musique pour couvrir le bruit ambiant et c’est bien plus dramatique pour nos oreilles !

Alors voici les quelques précautions à prendre lorsque vous écoutez de la musique via vos écouteurs et casque audio :

  • Ne pas utiliser vos écouteurs ou casque audio dans un environnement bruyant. Et malheureusement, c’est un réflexe que beaucoup d’entre nous ont pris : écouter de la musique en prenant le métro ou en open space pour soit disant “être au calme”. Avec des simples écouteurs, cela ne fonctionne pas malheureusement car vous aurez tendance à augmenter le volume pour camoufler le son extérieur, danger pour vos oreilles !
  • Limiter l’utilisation des appareils audio personnels à une heure par jour (recommandation de l’OMS). Après une écoute prolongée, notre système auditif a besoin d’un temps de récupération de 6 à 12h ! Donc, on évite d’écouter de la musique avec ses écouteurs le lendemain d’une boîte de nuit.
  • Privilégier les casques audio aux écouteurs qui isolent mieux du bruit extérieur et notamment les casques audios anti bruit qui réduisent le bruit de fond et ne vous incite donc pas à monter le volume pour couvrir le bruit.
  • Ne pas dépasser les 60% de volume maximum de votre appareil audio. (recommandation de l’OMS)
  • Eviter les écouteurs intra-auriculaires qui délivre une pression acoustique bien trop proche de notre tympan. Et malheureusement, les embouts intra-auriculaires, légers et peu encombrants, sont les plus répandus. En plus, ils isolent très mal de l’environnement sonore et nous pousse à augmenter le volume sonore.
  • Investir dans un bon matériel audio : les appareils de mauvaises qualité vont davantage pousser les sons aigus qui sont plus traumatisants pour l’oreille. On apprécie tous davantage le son d’une enceinte de qualité plutôt qu’une enceinte qui “crache”.
  • Eviter le son MP3 et privilégier le son au format CDA (Compact Disc Audio). Le format MP3 est un fichier compressé qui permet de réduire la taille du fichier et donc de pouvoir télécharger une musique sans encombrer trop la mémoire de notre smartphone. Malheureusement, qui dit fichier compressé, dit son de moins bonne qualité. Et un son de moins qualité c’est comme manger un aliment de moins bonne qualité, c’est mauvais pour notre santé ! Pour information, Spotify utilise aussi un fichier audio compressé (Ogg Vorbis), qui ne vaut pas la qualité d’un CD audio mais reste mieux que le format MP3.

#7 Ne pas hésiter à faire un bilan auditif et consulter un ORL

Lorsque notre vue baisse ou bien que l’on a de grosses migraines, on n’hésite pas à aller consulter un ophtalmo… Il faudrait prendre le même réflexe pour l’ORL ! Déjà, n’hésitez pas à aller faire un bilan auditif si vous avez l’impression de moins bien entendre. Ce n’est pas évident de savoir si on entend moins bien. Néanmoins, je peux vous communiquer quelques symptômes de baisse d’audition par expérience :

  • Faire répéter (et attention à ne pas trop souvent mettre ça sur le coup de la fatigue ou de l’attention)
  • Avoir du mal à suivre une conversation en milieu bruyant (restaurant, repas en famille…)
  • Augmenter le volume de la télé ou du téléphone
  • Avoir une sensation d’oreille bouchée
  • Comprendre mieux les voix masculines que féminines (grave vs aïgues)
  • Ne pas entendre certains bruits (chant des oiseaux, cigales…) . Par exemple, je n’ai jamais entendu les ultrasons et ça ne m’avait pas alarmé…
  • Ne pas comprendre un film étranger en VF. Pour moi, c’est très dur de comprendre un film étranger avec des voix en français… Je suis complètement perdue car je ne peux pas lire sur leur lèvre. Merci l’invention du VOST !

Le site d’Améli.fr propose un petit test avec des questions/réponses. C’est très bien fait !

Il existe des tests audios en ligne également, mais je suis un peu sceptique quand je vois la différence avec ce que me propose mon audioprothésiste. Si cela vous coûte d’aller chez un ORL, n’hésitez pas à aller chez un audioprothésiste, ils proposent bien souvent des bilans auditifs gratuits !

Par contre, si un lendemain de soirée ou de festival, vous continuez à avoir des acouphènes dans les oreilles, alors là foncez chez l’ORL ! Votre audition est clairement en danger ! L’ORL pourra tenter de redonner un boost d’énergie à vos cellules ciliés pour ne pas qu’elles se brisent 😉

Et vous, quels sont vos tips pour protéger vos oreilles ?

Une réaction au sujet de « Comment prévenir son audition et protéger ses oreilles ? Mes 7 conseils ! »

  1. J’aime ton blog Marie. la surdité est un handicap aveugle. ces derniers ont une canne blanche, pourquoi les sourds n’aurez pas un signe distinctifs, nous pourrions adapter nos comportements en leur présence?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *